ACTUALITÉS


  • Contactez-nous

    Mariusz Kielich
    Responsable communication et RP
    tél.: +48 (22) 690 68 95
    mariusz.kielich@ccifp.pl

     

     

    Contact

     

Pour que la civilisation européenne survive, il faut investir dans l’intelligence artificielle – la quatrième édition des Entretiens de Varsovie vient d’avoir lieu

2018/06/19 Actualités de la CCIFP 

La révolution industrielle 4.0, l'intelligence artificielle, les véhicules autonomes, l'impact des nouvelles technologies sur le marché du travail, la géopolitique, ainsi que le RGPD ont dominé les sujets abordés lors de l'édition de cette année des Entretiens de Varsovie. Le plus grand forum économique franco-polonais a réuni des représentants d'entreprises françaises et polonaises de premier plan, ainsi que les plus hautes autorités polonaises, dont le Premier ministre Mateusz Morawiecki. L’évènement a été organisé par la Chambre de Commerce et d’Industrie France Pologne.

Entretiens au sommet

Outre le Premier ministre Mateusz Morawiecki, l’événement a accueilli entre autres le Ministre de la Numérisation, Marek Zagórski, l’Ambassadeur de la République française en Pologne, Pierre Lévy, Adam Hamryszczak, Sous-secrétaire d’Etat au Ministère des Investissements et du Développement, Luc Ferry, philosophe de renommée mondiale, ancien Ministre de l’Education Nationale, Stéphane Richard, Président du Groupe Orange, Arnaud Ribault, Directeur Marketing de la marque DS, Directeur Général de DS Automobiles (Groupe PSA), Hervé Guillou, Président du Groupe Naval (ex-DCNS), Olivier Durix, Directeur Général de Bouygues Immobilier Polska et Jean-François Fallacher, Président du Directoire d’Orange Polska SA, qui est également Président de la Chambre de Commerce et d’Industrie France Pologne. Les entreprises polonaises étaient entre autres représentées par Janusz Filipiak, Président du Directoire de Comarch SA, Paweł Surówka, Président du Directoire de PZU SA et Sławomir Golonka, Directeur Stratégie de Kaczmarski Group.

« Les Entretiens de Varsovie sont un évènement unique en son genre réunissant des chefs d’entreprises, des décideurs politiques et des personnalités pour des débats sur des thèmes de société clés. Cette année, lors de ces Entretiens calqués sur le modèle des « Entretiens de Royaumont » nous avons abordé le thème de l’arrivée des robots et de l’intelligence artificielle. De tels défis ont une importance fondamentale pour nos pays et nous nous devons nous préparer et agir ensemble pour y faire face. La Pologne est et a toujours été très importante pour la France, tout comme la France pour la Pologne. Je suis également convaincu que la coopération entre nos deux pays n’a jamais été aussi cruciale et souhaitable pour toute l’Europe qu’en ce moment. Au-delà de ces débats passionnants, je suis très satisfait que les Entretiens de Varsovie contribuent aussi à rapprocher nos deux pays », a déclaré Jean-François Fallacher, Président de la CCI France Pologne.

L’Intelligence Artificielle est le moteur à vapeur du 21e siècle

Stéphane Richard, Président du Groupe Orange, qui a ouvert les Entretiens de Varsovie, a déclaré que 2007 était une percée dans le domaine du développement de l’Intelligence Artificielle, mais c’est à partir de 2017 que « l’Intelligence Artificielle a pris de l’élan ». Richard a souligné que les maisons intelligentes et les véhicules autonomes ne relèvent pas du domaine de l’avenir, mais du présent. Cela permettra aux gens de se concentrer de plus en plus sur des activités créatives, laissant les activités simples aux machines. Tous les experts étaient d’accord que la Révolution Industrielle 4.0 était déjà en cours et que l’Intelligence Artificielle était une percée comparable à la machine à vapeur. Sławomir Golonka, Directeur Stratégie de Kaczmarski Group, a déclaré qu’actuellement dans le monde on dépense plus de 30 milliards d’USD en IA, et que dans quelques années ce chiffre dépassera les 200 milliards d’USD. Selon lui, les entreprises qui utiliseront l’IA pourront compter sur une augmentation significative de leurs effectifs et aussi sur une augmentation de leurs ventes de 30 à 40%.

Luc Ferry, philosophe français respecté, a souligné qu’à son avis l’IA permet aux non-professionnels de gagner avec les professionnels. A titre d’exemple, il a mentionné des entreprises de l’économie dite de partage, connues dans le monde entier, qui, grâce à une application, sont en mesure de concurrencer avec succès des entreprises mondiales avec un capital et un savoir-faire énormes. De même, dans le secteur des soins médicaux, il existe déjà des machines qui peuvent détecter les cellules cancéreuses avec une efficacité bien supérieure à celle des humains. Par conséquent, selon Ferry, les voitures autonomes ne sont qu’un avant-goût des évolutions et des avantages que nous connaîtrons dans un avenir proche. 

Mais … la responsabilité avant tout

« Toute grande opportunité est aussi un grand risque », a déclaré Sławomir Golonka à propos de l’IA. Selon l’expert, la « nouvelle révolution industrielle » en cours doit être abordée avec une certaine distance et prudence. Si le développement dynamique des nouvelles technologies apporte des avantages indéniables, il comporte aussi des menaces qui, selon l’expert, exigent le maintien de la responsabilité à plusieurs niveaux – politique de l’État, activité commerciale et personnelle. Auparavant, Stéphane Richard avait remarqué que les mêmes personnes qui se consacrent au développement de l’IA mettent également en garde contre les risques qui y sont associés.

Le Père Maciej Zięba nous a rappelé que l’homme s’est toujours comparé aux machines les plus compliquées de son époque, mais il ne faut pas oublier que « l’homme est quelque chose de plus que l’homme ». Selon le P. Zięba, il n’est pas possible de créer une IA reproduisant à 100% l’esprit humain et l’intégralité de son potentiel. C’est pourquoi, selon lui, un certain scepticisme devrait être gardé et, en plus d’examiner les avantages du développement, nous ne devrions pas oublier les problèmes qui peuvent en découler, tels que les nouvelles inégalités sociales ou la déshumanisation.

Les robots nous obligeront à être flexibles

L’impact des nouvelles technologies sur le marché du travail a été l’un des sujets importants discutés lors des Entretiens de Varsovie. Stanisław Łobejko, docteur à l’Ecole de Commerce de Varsovie (SGH), a souligné que la modernité exigeait des changements fondamentaux dans le système éducatif, de sorte à ce que les jeunes se concentrent davantage sur l’apprentissage de la réflexion et le développement de la capacité à résoudre les problèmes, plutôt que sur la mémorisation des données, parce que sur ce plan ils ne vaincront jamais la machine. La Finlande et Singapour sont des exemples de pays à suivre. Viviane Chaine-Riberio, Présidente de Talentia Software et de l’association Syntec, a souligné que l’AI imposait non seulement de la flexibilité pour pouvoir adapter ses compétences, mais aussi de plus en plus une mobilité géographique.

Dans son discours, Luc Ferry a déclaré que la robotisation progressive et le développement de l’intelligence artificielle ne conduiront pas à la soi-disant fin du travail, mais imposeront des transformations significatives. Selon lui, certaines professions, comme les avocats et certains spécialistes médicaux (comme les radiologues), seront oubliées, mais on aura besoin d’autres professions, souvent nouvelles ou même encore inconnues. Ferry a également noté que les machines ne pouvaient jamais remplacer l’homme dans un travail qui exigeait « une combinaison cohérente du potentiel du cerveau, du cœur et de la main ». Stéphane Richard a exprimé une opinion similaire sur les transformations du marché du travail, attirant en outre l’attention sur le spectre des nouvelles inégalités sociales qui émergeront au fur et à mesure que l’intelligence artificielle se développera. Selon lui, l’AI ne représente pas seulement un avantage, mais également un énorme défi pour les pays, les entreprises et le système éducatif.     

Critiques à l’égard du RGPD

Les participants du Forum ont également souvent fait référence au Règlement général sur la protection des données (RGPD), entré en vigueur en mai. Malgré la compréhension de l’idée générale qui sous-tend cet important acte juridique – la protection des données personnelles des citoyens – les panélistes, dans leur grande majorité, ont critiqué le contenu final du règlement. Le professeur Filipiak, président du Directoire de Comarch, a souligné que le RGPD restreint le développement des entreprises et, en même temps, ne remplit pas son objectif fondamental – selon le professeur, le règlement n’offre toujours pas de protection contre les géants mondiaux et leur accès aux données personnelles des citoyens de l’UE. Par conséquent, il est contre-productif. Viviane Chaine-Riberio, qui a souligné que le nouveau règlement imposait un lourd fardeau aux entreprises, en particulier dans le secteur des PME, a fait écho à ses paroles. De plus, Sławomir Golonka a déclaré que le RGPD a été introduit trop tard, qu’il était trop bureaucratique dans sa forme et que, dans le cas de la Pologne, il n’était pas adapté à la réalité. Au cours de la discussion, il a également été souvent souligné que les plus grands concurrents de l’Europe – les États-Unis et la Chine – n’appliquaient pas de telles restrictions, ce qui désavantage le Vieux Continent.

Coopérez ou disparaissez

Dans son discours, Luc Ferry a souligné à plusieurs reprises la nécessité d’unir l’Europe dans le domaine de l’AI. Selon lui, l’absence d’une politique commune peut être préjudiciable à l’UE, étant donné que les principaux concurrents de l’UE – les États-Unis et la Chine – sont déjà à un stade beaucoup plus avancé de développement de cette technologie. Sans un investissement gigantesque de centaines de milliards d’euros, Ferry pense que l’Europe deviendra à l’avenir une zone colonisée. « Il y va de la survie de la civilisation européenne », a conclu Ferry.  

La coopération franco-polonaise : moteur d’un développement responsable

Pendant son intervention, le Premier Ministre Mateusz Morawiecki a souligné à de nombreuses reprises l’importance des relations franco-polonaises, qui sont positives et s’inscrivent dans la durée. Le Premier Ministre a exprimé sa conviction que face aux grands défis mondiaux la coopération en Europe, y compris dans le contexte de la défense et du développement d’un avantage technologique, constitue une nécessité. Concernant cet aspect-là, le Premier Ministre est de l’avis que les deux pays souhaitent coopérer à l’heure de la révolution industrielle 4.0. et qu’ils sont en train de le faire. Mateusz Morawiecki a souligné que la coopération dans ce domaine « se trouvait au cœur même de la stratégie du développement durable ». Le Premier Ministre a également  exprimé sa position concernant les efforts de la Pologne visant à transformer son économie, pour que celle-ci s’oriente vers des technologies et une énergie propres, en espérant que dans ce domaine, ainsi que dans d’autres encore, nous aurons de nombreux succès de concert avec la France.

DISCOURS DU PREMIER MINISTRE POLONAIS (en polonais)

*******

A propos des Entretiens de Varsovie

Les Entretiens de Varsovie sont un Forum franco-polonais organisé par la Chambre de Commerce et d’Industrie France Pologne (CCIFP) depuis 2013. Ils ont été inspirés par les débats organisés régulièrement depuis 2003 à l’abbaye de Royaumont en France près de Paris et ont pour but de permettre un dialogue ouvert au plus haut niveau entre les représentants des milieux politiques, économiques, artistiques et universitaires. Lors des éditions précédentes des Entretiens de Varsovie, on a soulevé la question de l’importance de l’Europe et du rôle de la numérisation dans le monde d’aujourd’hui, ainsi que celle de l’impact de la tendance « green » sur le fonctionnement des Etats, économies et  entreprises. Pour en savoir plus : www.spotkaniawarszaskie.pl.

A propos de la CCIFP

La Chambre de Commerce France Pologne (CCIFP) regroupe plus de 450 sociétés à capital français et polonais et est l’une des chambres de commerce les plus actives en Pologne. L’objectif principal des interventions de la Chambre est la création commune des meilleures conditions possibles pour l’investissement et le développement économique en Pologne. Les activités de la CCIFP dans le domaine des contacts avec les organes administratifs de l’État et les organisations d’employeurs favorisent la coopération et l’échange d’expériences commerciales entre les entrepreneurs de France et de Pologne. La Chambre s’occupe également de la promotion des meilleures pratiques et solutions commerciales assurant le développement économique et social. La Chambre de Commerce France Pologne a été créée en avril 1994 à l’initiative d’entrepreneurs français et elle appartient à l’Union des chambres de commerce et d’industrie françaises (CCIFI), qui regroupe 112 chambres françaises dans le monde. Pour en savoir plus : www.ccifp.pl.

Partenaires des Entretiens de Varsovie :

 

 

Partenaires medias :

 

 

Mateusz_Morawiecki_Premier_RP