ACTUALITÉS


  • Contactez-nous

    Mariusz Kielich
    Responsable communication et RP
    tél.: +48 (22) 690 68 95
    mariusz.kielich@ccifp.pl

     

     

    Contact

     

Un Polonais sur deux souhaite travailler dans une entreprise étrangère – l’étude sur l’image des employeurs français

2018/10/18 Actualités de la CCIFP 

La créativité, l’innovation et la bonne ambiance, tels sont les traits qui caractérisent les employeurs français. Les employeurs allemands, quant à eux, attirent les travailleurs par un engagement stable, tandis que les Américains offrent un style de travail peu formel. Plus que la moitié des Polonais perçoivent positivement les entreprises françaises, allemandes et américaines comme lieu de travail. Voici les principales conclusions de la dernière étude réalisée par Nielsen Polska et intitulée « Entreprises avec un capital français vues par les employés ».

La France est le deuxième investisseur étranger en Pologne avec la valeur cumulée des investissements s’approchant de 18 milliards d’Euros. Plus de 1300 sociétés avec un capital français qui exercent leur activité en Pologne ont créé, au total, presque 250 mille emplois dans différents secteurs. Des centaines de milliers d’autres emplois ont été créés chez leurs partenaires, fournisseurs et distributeurs. Comme l’impact des entreprises françaises sur le marché du travail est non négligeable, nous avons décidé de lancer une enquête pour savoir ce que pensent les Polonais sur le travail dans des sociétés étrangères, notamment françaises, dit Monika Constant, Directrice Générale de la Chambre de Commerce et d’Industrie France Pologne.

Comme cela résulte de l’enquête réalisée en juillet et août dernier sur un échantillon représentatif de 1000 Polonais par Nielsen Polska, près d’un enquêté sur deux souhaiterait travailler dans une entreprise étrangère, un sur quatre seulement opterait pour une société polonaise. La nationalité de l’entreprise n’a pas d’importance pour 31% des enquêtés. Plus que la moitié des Polonais perçoivent positivement les entreprises françaises en tant qu’employeurs, ceux qui portent un jugement négatif ne dépassent pas 4%. Les plus nombreux à répondre positivement sont des employés des entreprises françaises (près de 65%), les opinions positives se voient donc confirmées suite aux expériences réelles acquises chez les employeurs français. Les entreprises françaises sont choisies notamment en raison du style de travail (58% des réponses), de l’intérêt porté à la culture française (44%), et des conditions de travail offertes (39%). Les entreprises américaines et allemandes sont perçues de façon similaire, les opinions positives ont été formulées par 55% et 59% des enquêtés respectivement.

CRÉATIVITÉ, INNOVATION, EXPÉRIENCE – LES CARACTÉRISTIQUES DES EMPLOYEURS FRANÇAIS

Premièrement l’appréciation de la créativité, deuxièmement la modernité et l’innovation, et troisièmement l’orientation vers l’expérience — tels sont les traits le plus souvent attribués aux entreprises françaises (respectivement 32%, 31% et 30% des réponses). Les étudiants qui sont sur le point d’entrer sur le marché de l’emploi, citent en premier lieu la modernité et l’innovation (41%) et ensuite les bonnes conditions de développement (39%), en y voyant les traits distinctifs des entreprises françaises. Ce qui met en valeur les entreprises françaises par rapport aux sociétés américaines et allemandes, c’est l’ambiance amicale, les équipes cohérentes (22% des réponses) et la bienveillance à l’égard des mères et de la famille (14% des réponses). L’opinion est confirmée par les employés des entreprises françaises. L’équilibre entre la vie privée et la vie professionnelle, les solutions favorables aux mères et aux pères, la politique promouvant l’intégration interne de l’équipe sont mis en œuvre par les entreprises françaises depuis des années, dit Monika Constant. Certains projets ont été transférés en Pologne du siège, mais beaucoup de solutions sont conçues sur place et adaptées aux besoins locaux. Certaines sont tellement appréciées qu’elles sont ensuite appliquées globalement au niveau du groupe, ajoute-t-elle.

Les notes attribuées dans le domaine de l’innovation, de la modernité, des bonnes conditions de développement ou des avantages attrayants sont pratiquement les mêmes, quelque soit la nationalité de l’employeur (les écarts entre les Français, les Allemands et les Américains ne dépassent pas 5%). Or, certains aspects sont attachés plus particulièrement à une nationalité concrète. Les Français sont appréciés pour la créativité, la bonne ambiance et la bienveillance à l’égard des mères et de la famille. Les entreprises allemandes sont perçues davantage comme des employeurs stables à plus long terme, qui proposent des salaires attrayants. Les entreprises américaines sont appréciées pour leur créativité et le style informel de travail.

Sur une vingtaine de traits attribués aux entreprises françaises quelques-uns nécessitent d’être améliorés. 16% des enquêtés mentionnent la grande rotation et le flux massif des employés (17% dans les entreprises allemandes et 18% dans les entreprises américaines), c’est la 13ème position parmi toutes caractéristiques énumérées. L’absence de la vie privée (12% des réponses dans les entreprises françaises contre 15% pour les Allemands et 18% pour les Américains), le stress et la pression (11% chez les Français, 14% chez les Allemands et 15% chez les Américains) sont d’autres domaines où des progrès sont attendus.

BONNE NOTORIÉTÉ, MAUVAISE CONSCIENCE DE L’ORIGINE DES MARQUES

Dans la perspective des Polonais, la France fait penser notamment à certains endroits (la Tour Eiffel 27%, Paris 9%), à la nourriture (vin 11%, grenouilles 8%, escargots, fromage) et au style de vie « à la française » (romantisme, élégance, mode). 35% des Polonais seulement ont visité la France et 12% ont travaillé dans une entreprise française.

Les entreprises françaises sont connues en Pologne, mais les personnes enquêtées arrivent rarement à indiquer correctement la nationalité d’une marque particulière. En général, les Polonais reconnaissent le plus facilement les entreprises du secteur de télécommunications (90% des enquêtés connaissent des marques dans ce secteur), de commerce et de distribution (83%) et celles du secteur automobile (81%). En ce qui concerne l’identification des marques comme marques françaises, les réponses correctes concernent surtout le secteur automobile (48% des enquêtés ont identifié correctement l’origine française des entreprises de ce secteur), de commerce (33%), financier (25%) et FMCG dont de produits cosmétiques (24%).

Nombreuses entreprises françaises sont présentes en Pologne depuis plus de vingt ans et, depuis, elles se sont affirmées dans le paysage économique de Pologne. En général, elles emploient des effectifs locaux (plus de 99%), paient les impôts en Pologne, construisent des établissements et développent les infrastructures locales, achètent à des fournisseurs locaux, et coopèrent avec les prestataires locaux. Il est donc difficile de faire aujourd’hui une distinction nette entre les entreprises polonaises et étrangères comme c’était le cas au début des années 1990. Les entreprises opèrent souvent au niveau global et ne sont pas nécessairement associées à un seul pays. L’origine du capital ne compte pas vraiment pour les employés qui apprécient plutôt les possibilités de développement, l’ambiance, l’appréciation de la créativité ou de l’innovation, dit Monika Constant, Directrice Générale de la Chambre de Commerce et d’Industrie France Pologne.

LE RAPPORT COMPLET DE L’ÉTUDE >>>

Sur l’étude

L’étude « Entreprises avec un capital français vues par les employés » fut réalisée par Nielsen Polska à la demande de la Chambre de Commerce et d’Industrie France Pologne. Elle se composait de deux volets. La partie qualitative fut réalisée le 16 et le 17 juillet 2018, la partie quantitative fut réalisée du 6 au 12 août 2018, sous forme d’enquête en ligne, auprès d’un échantillon représentatif de 1000 Polonais.

zd_strona